Il y a quelques mois, j’ai été frappé par la justesse des mots d’Harville Hendrix dans son livre ‘La vie de couple’ co-écrit avec son épouse Helen Lakelly.

Voici en mes termes ce qu’il constatait :

Tous les couples sont incontestablement constitués d’un minimiseur et d’un maximiseur.

La minimisuer ou la tortue

Le minimiseur est comparé à la tortue car celui-ci intériorise ses réactions.

 Il retient son énergie. Il a tendance à s’isoler, à vouloir être plus libre. Il aime les moments de solitude perdu dans ses pensées. Il traite ses émotions tranquillement, dans son coin. Il fait preuve de sang-froid.

Il a un plus grand besoin d’autonomie.

Le maximiseur ou la tempête de grêle

Le maximiseur quant à lui, comparé à une tempête de grêle, s’exprime à voix haute auprès de toute personne qui se trouve à portée de voix.

Il a tendance à fusionner, à rechercher le contact. Contrairement au minimiseur, Il préfère partager ses émotions avec les autres.

Il réagit instantanément, spontanément au lieu d’analyser soigneusement la situation.

Il a intuitivement des idées géniales

Il prend soin de la dynamique familiale.

Si vous lisez ce post parce que vous cherchez à améliorer les choses dans votre relation de couple, vous êtes très certainement la ‘Tempête de grêle’.

Il peut être paradoxale de constater que ces énergies opposées se mettent presque toujours en couple. Comme des aimants puissants, elles s’attirent l’une l’autre passionnément et désespérément.

Pourquoi l’un se met t il toujours en couple avec l’autre?

Une raison profonde explique ce comportement.

Les tortues semblent avoir développé cette aptitude dans leur enfance face à des parents trop présents, trop protecteurs.

Pour pouvoir vaincre cette sensation d’étouffement, elles ont ressenti le besoin de s’éloigner, de s’isoler, d’intérioriser.

Les tempêtes de grêles elles, ont vécu une expérience contraire dans leur enfance.

En effet, face à l’indisponibilité affective de leurs personnes nourricières, il s’est créé ce besoin d’attachement et de fusion. Elles ont développé une peur de l’abandon affectif qu’elles transfèrent inconsciemment sur leur partenaire.

Quelle incidence cela peut-il avoir dans le couple ?

Qu’est-ce que cela crée comme conflits dans la relation de couple ?

L’indisponibilité affective de la tortue accentue la peur de l’abandon de la tempête de grêle.

La tempête de grêle exprime son inquiétude en essayant de se rapprocher un peu plus de la tortue.

Cela crée chez la tortue une sensation de déjà vécue d’étouffement qui le pousse à se recroqueviller davantage.

La tempête de grêle ne tenant plus face à cette indisponibilité affective croissante qui la terrorise, éclate donc dans l’espoir de voir revenir vers elle la tortue. Ce qui pousse encore plus la tortue dans ses retranchements.

Il s’agit là d’un cycle perpétuel et destructeur que vit la grande majorité des couples, que j’ai vécu. En passant suis une ‘tempête de grêle’ avérée 😉.

Il s’agit ici d’un cas typique ou l’intelligence amoureuse vous permettra de résoudre une bonne fois pour toute ce conflit qui revient à chaque fois, vous éloignant tout doucement l’un de l’autre.

En réussissant à échapper à ce cycle infernal, car oui on peut y échapper sans recourir à la séparation, vous ferez un grand pas vers la relation consciente.

Vous deviendrez de meilleures personnes psychologiquement et émotionnellement car vous commencerez alors à guérir de vos blessures d’enfance.

Et vous qui me lisez, vous identifierez vous en Tortue ou en Tempête de grêle ?

Commencez à développer votre intelligence amoureuse dès à présent :

https://1-manouoreabiba.systeme.io/9fa73f82?sa=https://systeme.io/?sa=sa6c4378adc909a421037f3dd9d9364f94


0 Comments

Leave a Reply